Lifestyle
Bonjour à vous !

 

Aujourd’hui, on parle de mon chat, des chats, de mon amour pour les chats.
J’ai toujours eu un chat qui vivait avec moi, aussi loin que je me souvienne. Le chat qui a passé le plus de temps dans ma vie, c’est Aliosha. Un européen roux et blanc, absolument adorable. D’ailleurs, c’était plus une peluche qu’un véritable chat. Quand j’étais petite, j’avais un peu peur des chats parce que ça griffait et ça mordait facilement mais j’ai arrêté d’avoir peur petit à petit. Et si on agit correctement, aucune raison qu’ils nous fassent du mal.
En déménageant à la campagne, mon chat d’appartement depuis 10 ans est devenu chat de campagne et un hiver, ils sont devenus deux, puisque nous avons adopté Grisette, chatte affamée et terrorisée.
En redéménageant en ville, on les a tous les deux ramenés avec nous. Maintenant, ils vivent des jours paisibles dans le jardin chez ma grand-mère.
En habitant seule, j’ai eu Quitsy pendant quelques mois (même si c’était plutôt le chat de ma coloc) puis j’ai adopté Wolfi, petit chaton adorable et bagarreur. Depuis que je l’ai adopté, je suis devenue maman. Je l’éduque, je lui fais des calins, je m’occupe de lui, je joue avec lui, je le nourrie, etc…

Avoir un chat me rend plus calme et m’apaise. J’adore les chats parce que, pour moi, ils apprécient les choses principales de la vie, et s’en contentent : la nourriture, le sommeil, l’amour et l’amusement. Un chat contenté sur ces quatre points devient le meilleur être vivant selon moi. J’apprécie les chats, également parce qu’ils sont indépendants (certains diront égoïstes), propre (notamment en appartement) et particulièrement silencieux. C’est d’ailleurs ça qui me fait apprécier bien plus les chats aux chiens.

 

Il a été prouvé qu’avoir un chat rendait plus heureux et j’avoue que quand mon chat vient se blottir contre moi la nuit, me rendait sereine et aimée.

Je ne sais pas si je crois aux vies antérieures, mais si j’en avais eu une, j’ai certainement été chat à un moment donné. Il me semble parfois que je suis « une fille à chat », que je me sens mieux entourée de chats que d’êtres humains.

 

Avec des êtres humains, il faut se sociabiliser, communiquer, faire attention à ses mots, à sa gestuelle. Une conversation est toujours pleine de code qu’il faut respecter sous peine de passer pour quelqu’un de bizarre et en plus, ses codes changent d’une personne à une autre. Tout ce processus de sociabilisation n’est pas du tout naturel chez moi et je ne ressens pas l’envie de le réaliser.
Aussi bizarre que ça puisse paraître, je comprends mieux les codes des chats (et des animaux en général), que celui des humains. Je les trouve plus naturels, plus logique et plus facile à appliquer. Peut-être que je devrais songer à vivre dans une grotte en haut d’une montagne avec 25 chats…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s